On a senti en lui beaucoup de sympathie et de bienveillance, mais pour ce qui est de son café, on attendra la levée du confinement. Voyons donc la tasse à moitié pleine et partons à sa rencontre.
Ne serait-ce pas là, une façon pour Joël Marchetti de nous montrer à quel point le choix de s’emparer du peu de liberté qui lui reste est aujourd’hui plus que jamais indispensable ? Lui qui a toujours veillé à protéger une part de créativité, que ce soit dans le domaine de la musique, du théâtre, de l’écriture ou de l’illustration.
«Je ressens, comme tout le monde, beaucoup de tendresse pour certaines atmosphères, des instants parfois fugaces, souvent solitaires, qui laissent une trace en nous. C’est ce que je cherche à exprimer à travers ce que je fais. »
 Journaliste de métier, il aime à nous rappeler que si liberté il y’a, celle-ci lui amène parfois la possibilité de pouvoir prendre un moment pour s’échapper de la réalité concrète et factuelle. « Cela m’ouvre des horizons, donne accès à l’imaginaire, aux sentiments intérieurs, comme lorsqu’on nage, ou qu’on se promène sans but. Lorsqu’on restitue un regard sur un lieu, nous le ressentons de différentes manières. J’aime ça, ça nous renforce en tant qu’individus uniques, ça nous singularise. »
Et si l’endroit dans le monde où la vie est belle plus que partout ailleurs était tout simplement l’endroit où l’on a vécu des moments heureux, l’endroit où l’on se sent être soi-même, l’endroit qui nous inspire bien que nous ayons parfois de la peine à le reconnaître ?
«Pour ma part, ce sont des plages italiennes où j’ai passé une partie de mon enfance avec mon père qui vivait là-bas. C’est aussi Neuchâtel, notamment la rue du Neubourg où j’ai grandi. C’est enfin New York, bien sûr, dont le bouillonnement si particulier et la créativité m’ont rendu totalement accro. J’aime, en fait, toutes les villes. »
Chacun sait combien le chemin vous menant aux rêves les plus fous peuvent s’avérer sinueux. Beaucoup ignorent les risques et sont prêts à tout pour y’arriver quitte à s’y brûler les ailes. Joël Marchetti à su faire preuve d’imagination en nous démontrant qu’il est tout à fait possible d’atteindre le nirvana sans que celui-ci ne vous envoie dans le décor.
Nous faire voir la vie en rose, parce qu’il suffit de regarder cette couleur pour se sentir bien. C’est ce vers quoi Joël Marchetti voulait nous faire basculer. Nous serions tentés de dire qu’il y’est parfaitement arrivé. Encore fallait-il en trouver la clé.
« En été, il y a toujours un moment, entre l’après-midi et le soir, qui flotte. La lumière devient particulière et se teinte parfois de rose, les rues se vident quelques instants entre la population de la journée et celle de la soirée, ce sont des moments suspendus. C’est le moment ou les plages se vident.. Tout est doux dans ces moments-là, comme une nostalgie méditerranéenne.»
 Il adore l’idée que chaque jour soit parsemé de “premières fois”. «Là par exemple, tu vois, c’est la première fois que je parle de moi de cette façon. »
Vous l’aurez compris, L’OFS (Bundesamt für Statistik – Office fédéral de la statistique)  le Cristal, la passerelle de l’Utopie à Neuchâtel ou les palmiers façon Miami Beach telles que vous ne les avez jamais vus, c’est lui .
Un superbe travail qui fait de Joël Marchetti Aka Marchetti Blink, notre coup de cœur du moment. On aime à comparer son travail à celui de la musique d’Erik Satie. Un artiste que Joël affectionne tout particulièrement, en rappelant que l’oeuvre de celui-ci est si contemporaine et, justement, urbaine. Un coup de cœur de l’instant, car il y’en aurait pour Joël Marchetti tant d’autres à citer.

Des petits plaisirs qui n’auraient pas les mêmes saveurs si Joël ne commençait pas la journée par s’informer tout en prenant en général un moment pour lui, au moins quelques minutes, pour profiter de l’instant et du jour qui se lève, avant d’attaquer sa journée comme il aime à nous le rappeler.

Que pouvons nous lui souhaiter de plus que de continuer son chemin de la meilleur des façon.. C’est vrai ça, que pouvons nous te souhaiter de plus ? « Déjà, c’est gentil de me souhaiter quelque chose. D’être apprécié des autres et les apprécier à mon tour. Je vous souhaite d’ailleurs la même chose.»
Détails & Infos :
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail