Après “Ciao Bashiru“, documentaire réalisé par Francesca Quercia et Théo Charamond suivi de “Certains chiens doivent mourir“, un long métrage réalisé par Laurent Wyss, Badland Films, la société de production audiovisuelle basée en Suisse dans le canton de Berne s’attaque aujourd’hui à une affaire qui avait fait grand bruit au moment des faits.

Souvenez-vous, c’est celle qui était survenue le 8 septembre 2010 et que l’on avait désormais appelé l’affaire du «forcené de Bienne».

Peter K. vit isolé et en marge de la société dans sa modeste maison familiale située à Bienne. Dès qu’il sort de chez lui, le retraité se sent dominé par son ennemi juré, l’État totalitaire. Son monde extérieur est la cause de tous les problèmes. Des caméras de surveillance montées à chaque intersection et dans chaque magasin, sa sœur, qui veut vendre le domicile parental et le trahit. Tondre la pelouse en plein jour représente un risque trop élevé. La peur le mange progressivement intérieurement. Peter écrit minutieusement tous les jours dans son cahier: “Ils m’ont laissé vivre un jour de plus, les fascistes.” Il s’isole de plus en plus et finit par se préparer au pire.

Un jour de septembre, le moment est venu: un groupe de travail armé du Poli-zei entoure son domicile. Peter a peur et se bat amèrement pour sa vie. Il tire sur un policier et se blesse durement. Le même soir, il réussit à percer le réseau policier. il s’enfuit effrayé. Les forêts denses de l’arrière-pays de Bienne lui offrent un abri.
Tout à fait seul et persécuté par la police et les médias, “Le retraité Amok de Biel” s’accroche à sa prétendue liberté dans la nature. Cependant, la forêt révèle rapidement sa propre hostilité: Peter gèle, il a faim et son corps devient de plus en plus faible.

Quelques jours après son évasion, il arrive sur un sentier forestier pavé d’affiches et de photos recherchées. Mais il découvre également comment il est célébré à Bienne en tant que héros. Peter retourne ensuite à Bienne et est immédiatement arrêté par la police.

Le public nombreux dans la salle d’audience célèbre Peter en partie comme le héros des temps modernes. Le juge et le psychiatre, cependant, voient les choses différemment. Pour Peter K., il est clair qu’il ne s’est défendu que contre ses oppresseurs. Il n’acceptera jamais d’être reconnu coupable ou fou. Il se bat cependant, mais est impuissant face à l’arbitraire de l’État. Dans ses cauchemars, son père et sa sœur l’emmènent errer dans le noir. Y a-t-il l’origine de toute folie? Peter K. est déclaré coupable dans la salle d’audience et condamné à la détention à vie. Pour lui, c’est sa peine de mort. L’ennemi l’a vaincu!

BADLANDFILMS est une maison de production créée en 2016. Basée en Suisse dans le canton de Berne. Elle est la concrétisation d’une rencontre et d’une amitié entre trois professionnels. Issus des milieux cinématographiques et audiovisuels, ils cherchent à mettre en valeur des projets cinématographiques audacieux et passionnés. BADLANDFILMS est actif dans la production, la réalisation et la post-production.

Détails & Infos :

Badlandfilms Official Website

Wemakeit Peter K Project 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail