Les 7 au 9 Septembre 2018 dernier se tenait le LaBel Valette Festival à 1h de Paris dans le domaine de La Valette à Pressigny-les-Pins (Loiret).

Après une annulation en 2017, Le collectif Urban Art Paris lança son festival tant attendu avec au programme des visites guidées du site, des ateliers, des concerts et des fresques réalisées par une centaine d’artistes venus de 40 pays qui ont investi le lieu pendant plus de 10 mois.

Ce site unique situé dans un parc arboré de 38 hectares est composé d’un château, d’une chapelle, d’une écurie et de deux bâtiments sur 3 étages, anciennement des dortoirs, avec 10 000 mètres carrés de murs à customiser dans 90 pièces.

 

 

 

 

 

 

 

Un site unique chargé d’histoire :

Le château de la Valette a été construit en 1864 et fut occupé par le vicomte et vicomtesse Albert Isle de Beaucheine. N’ayant pas d’enfant et n’étant pas en bons termes avec sa famille, la vicomtesse lègue son château à un ami, Mr. Grandjean, qui y vit jusque vers 1932.

Après quelques années d’abandon, après la guerre civile d’Espagne (1936-1939), le château est acheté par les républicains espagnols et sert, dès 1936, à accueillir des émigrés politiques espagnols.

Il est ensuite repris par les franquistes qui dans les années 1970, le transforme en collège espagnol pour les enfants des généraux, puis en centre culturel espagnol, avant d’être laissé à l’abandon par l’ambassade d’Espagne. Le site devient alors un terrain de jeu pour les fans d’Urbex.

Il est finalement vendu en 2012 à ACI Immobilier qui souhaite y construire une sorte de Center Parcs.

Sébastien Lis, natif du coin et fondateur de Urban Art Paris contacta le promoteur immobile Stéphane de Reynal pour lui proposer d’y faire de la Street culture souhaitant délocaliser en région parisienne le Street Art et ce sur un domaine abandonné qu’il avait connu lorsqu’il était enfant.

« J’ai convaincu le propriétaire de ce château mythique qui hantait mes rêves de gosse en expliquant que j’étais du coin et que je voulais en perpétuer l’histoire. Alors qu’il était dubitatif au début, il a investi de l’argent pour remettre le lieu aux normes et nous a aidés pour les démarches administratives. »

La façade du château a été redécoré aux couleurs de l’arc en ciel par l’artiste espagnol du mouvement pop Okuda San Miguel avec son œuvre intitulée Skull in the Mirror, qui se compose de pois multicolores et de deux têtes de mort.

Autours du château, quelques food trucks et deux scènes accueillants des groupes de musique issus de la scène Hip- Hop et alternative. Des ateliers d’initiations à la bombes, conférences et performances live painting en continu sur tout le domaine étaient au rendez-vous pour un public qui fut varié : familles avec enfants, jeunes retraités, fans de musique Hip-Hop et de Street Art. Un pari gagné pour l’organisateur qui confiait au Journal Libération :

« L’art a ce pouvoir d’investir des lieux et de les valoriser. Avec LaBel Valette Fest, nous espérons montrer un tout autre visage de la région, aux habitants tout comme aux Parisiens…On souhaite faire se rencontrer les cultures urbaines avec la création locale et mettre en lumière cette dernière. Nous voulons également toucher un public qui n’a pas l’habitude de ce type d’oeuvres et qui a souvent une vision partielle et négative du graffiti. »

C’est surtout à l’intérieur des dortoirs des deux bâtiments à côté du château que se trouvent les trésors du site et les œuvres des street artistes. Malheureusement, suite à des traces d’amiante trouvées dans les dortoirs, la visite des 90 pièces a été interdite au public à l’immense déception des visiteurs s’étant déplacés et n’ayant pas été informé de ce changement qui laissa un goût amer aux visiteurs.

Le lot de consolation, la visite de l’intérieur des dortoirs en 3D dont voici ici le lien !

Texte©Emilie Brion

Crédit Photos©Christian Julia Photography

Détails & Infos :

LaBel Valette Festival Fan Page Official

Urban Art Paris Official Website 

Okuda San Miguel Official Website 

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail