Qui n’a pas rêvé de voir la vie en grand format, carrément peinte sur l’herbe, la montagne, le pré d’à côté? Saype la dessine souvent dans l’immensité, sous forme de visages, de personnages les yeux fermés, ouvrant ici un champ méditatif sur notre relation à l’instant, la nature. Sa peinture home-made est biodégradable comme toi-moi-nous-l’univers, c’est un mélange de farine, d’huile de lin et de poudre de marbre ou de charbon.

Une fois l’œuvre sèche, on a environ 1 mois pour en profiter avant qu’elle ne s’en remette à la loi de l’éphémère.

Après, il se passe un (grand) quelque chose entre le panorama, le dessin et notre regard. On n’en revient juste pas de cet espace, et on cogite un moment à imaginer la façon de se repérer de l’artiste.

Il a répondu à nos questions, oui, on brûlait de savoir ce qui le faisait évoluer au quotidien et aussi, si il avait des pouvoirs sur-dimensionnels. Genre super-héro inter-galactique.

Vous pourrez voir ici qu’il est juste un humain absolument optimiste et certes un chouïa (grand chouïa bon) hyperactif. La détermination qui le caractérise et son entourage sont des moteurs essentiels à ce qu’il souhaite transmettre.

Le jeune ado qui faisait des graffitis au début des années 2000 avait en tête de faire quelque chose de vraiment différent afin d’exprimer ses idées tout en s’imprimant dans l’esprit des gens, histoire de lancer des débats et des interrogations.

À l’époque, nous confie t’il, le graffiti était un truc nouveau et tout le monde le voyait. Puis on s’est habitué à les rencontrer à chaque coin de rue. Du coup, il s’est mis à l’affichisme.

Pour arriver à la même évidence, celle qui disait son sentiment de passer à côté des personnes sans les toucher vraiment. Comme si nous étions tellement saturés de pollution visuelle que nous n’arrivions plus à nous rendre disponible.

Ce qui était en latence a émergé vers 2013, il avait envie de sortir du format, d’en venir à l’XXL, oui, pourquoi pas?

L’enchaînement des choses de la vie faisait qu’en parallèle de tout cela, ses lectures bouddhistes et écologiques, l’accessibilité toute nouvelle des drones, lui distillaient un message subliminal. Il cite un rapport alarmant qu’il avait lu alors: cela disait grosso modo que si nous ne changions pas notre rapport au monde et à la nature d’ici 2020, le mécanisme du réchauffement  climatique serait très difficile à enrayer.

Comme il dit, il a mixé tout ça, brainstormé dans son atelier et il a trouvé LE truc: “L’herbe comme support, je trouverai des espaces immenses que personne n’exploite, j’utiliserai le drone pour avoir des points de vue ultra-originaux et, venant du graffiti, je ferai de la peinture sur l’herbe. J’ai passé une année à chercher une peinture 100% biodégradable et écologique pour aller au bout de la démarche! Et voilà…”

Oui, il peut arriver un bon paquet de choses amusantes sur le terrain naturel. Il se souvient notamment d’une conférence de presse un matin devant la fresque de Leysin, avec une quinzaine de journalistes, agence de presse, 3 TV nationales. En arrivant un peu avant le rendez-vous, il constate une poussée d’acné sur son grand homme avec sa pipe :” des taupes s’étaient drastiquement acharnées pendant la nuit à l’endroit le plus critique, le visage! Le bug!”

C’est aussi ce qui fait partie du charme du Land Art, l’œuvre laissée à la nature et à ce genre d’imprévus nous dit-il, mais bon là il avait envie d’avoir une photo de sa fresque comme il l’avait laissée le soir pour les médias. C’est donc en courant avec son équipe qu’il s’est appliqué au “nettoyage” du visage, à coups de pistolets de peinture. Au final, tout était nickel. Comme quoi, ça peut valoir des points d’être en avance dans le timing.

Par ailleurs, Saype travaille également beaucoup en galerie d’art avec un atelier où il se consacre à la peinture de paysages vus à travers une vitre embuée, ou des gens  sur toile dans le métro. Il y a là l’ajout de couches de plexiglas pour la profondeur qui donne la valeur ajoutée à l’illusion, la touche d’ampoules LED en rétro-éclairage pour t’asseoir complètement dans l’atmosphère.

7h36, Bruxelles

En ce qui le concerne, son art est une réflexion sur le monde qui nous entoure et sur la vie en général. Etre le plus original possible captive sa démarche, tout en utilisant le prisme poétique de la vie et le côté positif et optimiste pour faire passer des messages ou des questionnements. “Ou tout simplement sublimer un instant de vie”.

Comme il passe pour être un pro du repérage, nous lui demandons où l’on se trouve exactement. ” Nous sommes dans une aire de vie à la fois passionnante sur plein de points et effrayante par la vitesse et l’énergie qui s’y déploie, le tout dans une sorte de fuite en avant. A se demander aussi quand la corde sur laquelle nous tirons par nos excès finira par casser.”

Nous lui souhaitons de nous faire rétrécir encore, d’être juste simplement heureux  et d’envoyer son énergie positive par le biais de son art. Il espère avoir l’occasion de créer plein de nouveaux projets à but associatif ou pour la nature et l’humain en général.

On se rappelle Saype: on est de passage.

Détails & Infos :

Saype Artiste Official Website

Saype Artiste Official Fan Page

Saype Artiste On Instagram

 

 

 

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail