Ce soir là, Alice Torrent, auteure-compositrice interprète originaire de Monthey en Valais (Suisse) était dans dans une décontraction telle qu’il était dur d’imaginer qu’elle se produirait sur scène quelques heures plus tard. L’un de ces instants d’avant-concert qui respire la bonne vibe, il faut dire que le cadre exceptionnel du Carré Noir de Bienne y est généralement propice.

Elle nous a lancé dans une énergie déconcertante de positivité qu’elle avait beaucoup de chance de pouvoir s’épanouir de sa passion, monter sur scène, partager des moments incroyables avec ses musiciens, aller en studio ou s’expérimenter dans d’autres domaines de création

– ” Il faut y aller et arrêter d’hésiter. Oser. Prendre des risques. D’après moi,le bonheur c’est l’équilibre, et pour pouvoir jouir de cet équilibre il faut passer par toutes ces étapes”.

Naturelle , un peu timide, Alice aime les balades en montagne, la nature, le silence. C’est sans doute ce mélange introverti qui donne le charme de la musique de cette artiste sincère, contemplative et débordante de spontanéité.

Les choses viennent très naturellement quand elle se pose au piano ou à la guitare, d’une manière quasi intuitive. Les chansons s’allongent pour un certain nombre de minutes avec plusieurs passages différents qu’elle recoupe afin de donner une  belle structure à l’ensemble. Faire un disque c’est beaucoup de travail, nous confie t’elle, car elle aime retourner ses chansons dans tous les sens, les arranger et les réarranger, superposer des dizaines de couches de nappes, avant, souvent de revenir à la simplicité. Mais il faut savoir que l’inspiration s’ouvre en ayant simplement le regard au plafond. Juste une histoire d’angle de vue, qui s’ajoute au feeling, aux aléas de la vie quotidienne, à ce qu’elle vit et voit chez l’autre, ce qui la touche, la nature.

Si elle avait un truc à dire à son piano, qui fait partie de sa vie depuis qu’elle est gamine,  elle lui dirait merci. Il est son meilleur ami et son meilleur ennemi aussi, n’obtenant pas toujours ce qu’elle souhaiterait de lui et le malmenant parfois.

Toutes les émotions de l’artiste passe à travers ce confident, l’alchimie en est touchante de profondeur.

Alice Torrent se définirait comme une personne autodidacte, passionnée, Amoureuse avec un grand A rempli de gens et de choses de la vie. La timidité presque omniprésente pose problème de temps à autre, mais forte et authentique, griffée de beaucoup de défauts certes, elle fait toujours de son mieux.

Elle nous invite à écouter Emma Ruth Rundle, son dernier coup de coeur artistique. D’ailleurs, si tu passes par le Montreux Jazz Festival, le 7 juillet prochain, soit dans deux jours, elle sera en première partie d’Alice in Chains au Lab.

Ce soir-là Alice était dans un bon mood, et pleine d’énergie et ne voulait en aucun cas penser au négatif , non, la vie est bien trop courte pour se faire chier, il est nettement préférable de réaliser ce que l’on aime.

Selon elle, on passe par des moments de doutes et de difficultés mais ces phases peuvent permettre un chouette équilibre.

Après Phantom Limb, son premier album qu’elle mettra trois ans à réaliser au fond de sa cuisine et qu’elle enregistrera chez Alzac Studio à Territet sur les rives du Lac Léman, elle a eu la chance de faire une cinquantaine de concerts (les premiers de sa vie!). Certains en solo, en duo ou en full band selon les scènes avec ses acolytes Dominique Dupraz, Sonja Bossart, Allan Terranova et Jordan Gregoris.

Préparant son 2ème album, la voilà partie pour une résidence d’écriture en Islande, dont elle est amoureuse, grâce à une bourse mis en place par Culture Valais.

Alors qu’elle prospectait sur internet, elle a vu cette petite cabane vitrée au milieu de nulle part et s’est définitivement mis en tête d’aller là-bas. Sur place, Alice a poussé les meubles, y a installé son mini home-studio, observé des heures l’immensité des contrées à travers les fenêtres, la neige, les passages du renard polaire. Ces deux semaines d’écriture intense entremêlées de shooting photo lui ont paru absolument magiques et ont énormément nourri son inspiration.

Sur ce second disque, elle travaille directement les arrangements en collaboration avec les musiciens qui l’ont accompagnée sur la tournée de l’album précédent: “le travail n’en n’est que plus libre, plus riche et leurs pattes m’inspirent beaucoup.”

On lui souhaite encore beaucoup de musique et une belle réception de son nouvel opus, ce qui ne manquera pas de rendre Alice au pays des merveilles: Heu-reuse!

Crédit Photo Cover©David Glassey

Détails & Infos: 

Alice Torrent Official Website

Alice Torrent Fan Page Official

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail