En tête à tête !
Oct201718

Crédit Photo Headis.com

 

Aucun set de gagné, quatre défaites dans leurs groups respectifs et une élimination logique au terme de la phase de poules. Il n’y a pas eu de miracle pour les deux représentants du MST (Monter Sur Table) Headis Bienne  composé de (1) Pablo Cuixeres Aka Heady Krueger et Bastien Jean Aka Headith Piaf.

Si le premier cité estime avoir rempli ses objectifs en évitant de perdre un set sans marquer de points, Headith Piaf peut nourrir quelques regrets, notamment en n’ayant pas su hausser son niveau de jeu pour l’emporter contre Headsdugern, 26è joueur mondial, dans un match engagé (7-11, 9-11). Un tournois compliqué pour les deux Suisses, d’autant que Krueger reste–faut-il le rappeler–sevré de set gagnant en compétition officielle.

Si la victoire est revenue à l’allemand Sebastian Headdel (n.2), vainqueur du leader du classement mondial Headsinfarkt en finale, les deux joueurs biennois se sont adjugés le prix du lifestyle, soit deux superbes paires de chaussures KangaROOS obtenues grâce à des coupes de cheveux qui dérangent plus encore qu’elles n’interpellent. « L’objectif initial de ces coupes, outre leur côté esthétique, était de déconcentrer l’adversaire, ce qui n’a que très partiellement fonctionné. Nous ne nous attendions pas à gagner le prix du lifestyle à Saarbrücken mais le résultat est là. », analysait Headith Piaf.

À Hanovre au mois d’août dernier et pour leur premier déplacement sur le World Tour, les deux compères enlevaient déjà ce prix, qui s’apparentait plus à un lot de consolation leur permettant d’amortir les frais de déplacement. Un mois plus tard à Cologne, là où on ne boit pas que de l’eau (2), ce sont les saint-gallois Nikolas Köpfernikus (47) et Ko-Pfilot (35), affublés de costumes de vachers suisse-allemands, qui repartait avec les chaussures tant convoitées. La Suisse signe donc une troisième victoire de rang dans la catégorie lifestyle, série en cours.

Reste à savoir ce qui motive les membres du MST Headis Bienne à se déplacer dans des tournois internationaux si c’est pour se faire terrasser de la sorte. « Ces tournois sont plus un entraînement pour nous. En Suisse, il y a très peu de joueurs et le niveau est à des années-lumières de l’Allemagne où le headis est proposé comme sport universitaire. C’est un bon moyen de progresser tout en découvrant des villes allemandes qu’on ne visiteraient pas forcément en faisant du tourisme autre que sportif. ». Autre point à souligner : le headis reste un sport abordable d’un point de vue financier puisqu’il ne faut qu’une table avec un filet métallique, une balle spéciale et de la motivation pour progresser rapidement.

L’organisation Headis et son légendaire fondateur Headi Potter ne voyaient pas les choses autrement : « Quand j’ai créé ce sport lors d’une fin de soirée et commencé à organiser des tournois, je voulais qu’il reste un sport populaire et marrant. Les tournois se déroulent comme dans un contest de skate avec une partie jam et de la musique suivie d’une partie plus sérieuse avec le tableau à éliminations directes ensuite. »

Encore peu connu en Suisse, le headis commence gentiment mais sûrement à s’y développer puisque l’Université de Berne propose des cours et que le Swiss Open se tiendra le 28 octobre prochain à Burgdorf.

A cette occasion, Heady Krueger et Headith Piaf entendent faire autre chose que de la figuration et visent, pourquoi pas, une place parmi les dix premiers voire un podium pour Krueger. Sait-on jamais, sur un malentendu ça peut marcher…

 

 

Détails & Infos :

Headis Official Website

Headis Official Fan Page

 

 

 

 

©Bastien Jean & Pablo Cuixeres