Timbrés, Les Fils du Facteur !
Oct201713

Crédit Photo ©Florine Némitz

 

Les Fils du Facteur ont déballé leur grand jouet complètement fait maison sur la place de la fontaine de l’Ange à Bienne à l’occasion du First Friday dédié aux arts de la rue le vendredi 6 octobre dernier.

Il était à peu près 19h39 lorsque Sacha Maffli, que l’on aurait dit revenu d’un voyage dans le grand nord canadien, une guitare flamboyante à la main, et son acolyte Emilien Colin, l’accordéon lumineux sous le bras, prirent place derrière les rideaux rouges de leur Juke-Box grandeur nature.

Leur idée, ils ont mis 3 semaines à la construire de leurs propres mains, en immersion dans un théâtre et ses décors.

Bientôt, la centaine de personnes présente et l’équipe du Carré Noir qui pour l’occasion les avaient invités pour deux soirées placées sous le signe de la bonne humeur dont une plus intimiste le lendemain soir, s’agglutinaient donc pour déguster le spectacle, la voix profonde de Sacha, la musique, et les blagues incisives glissées par l’accordéoniste.

L’idée est de faire choisir au public un morceau dans la sélection de 16 titres sur 100 que compte environ leur projet. Les reprises réarrangées par les talentueux musiciens étonnent, vous font rire d’un même éclat, ou vous collent carrément les frissons. Ils aiment avant tout surprendre, parler, et jouer avec l’improvisation. Il va sans dire que l’interactivité avec le public est hyper-joyeuse. On en revient avec une envie d’encore, une douce addiction autant pour la surprise de la ré-interprétation que pour le choix des titres, d’avant 2010.

Voilà bientôt 7 ans qu’ils se sont rencontrés, sans doute dans la même école d’Art,et 4 ans qu’ils font équipe sur les chemins. Emilien est venu trouver Sacha qui faisait sa route déjà dans la rue. Ils se sont amusés avec l’idée de ces reprises et allaient animer de plus en plus de fêtes dans le cercle privé. Jusqu’au jour où ils ont admis que c’était parti pour une  » belle aventure humaine ».

Ils se sont fait plaisir avant tout pour finalement prendre conscience que l’été 2017 avait été très positif pour eux, en termes de dates dans les festivals, les rencontres etc..

Pour les découvrir encore mieux, nous vous recommandons de passer les voir en concert, ce que nous n’avons pas manqué de faire! Il y a la des moments de joie à l’écoute des sons manouches-gypsi-musettes d’Emilien et des paroles qui même brûlent dans la voix de Sacha. Ils écrivent ensemble les textes des chansons, qui parlent d’un épicurisme revendicateur pour bifurquer dans un moment suspendu et intime. On est dans le spontané, dans la chanson et le théâtre et c’est délicieux.

Ils se posent souvent toutes sortes de questions, les deux complices aimant infiniment manier le verbe, bien évidemment. Emilien serait du genre à demander: « ça te fait rire? » tandis que Sacha aimerait comprendre la raison du choix obstiné d’Emilien pour les chaussettes dépareillées.

Si on leur proposait de choisir une chanson du répertoire Juke-Box, ce serait « Mes copains » de Pierre Louki pour Sacha. Quant à Emilien, son choix se porterait sur « La fleur aux dents » de Joe Dassin.

On leur souhaite bien de belles choses, comme de posséder un vaisseau lego star wars pour Emilien ainsi que celui de péter le score indiqué sur le flipper du Buffalo Grill de Pontarlier, pour la plus grande joie de Sacha.

Au fait, ils étaient 2 ce soir là, mais il faut savoir que bien souvent nous pouvons compter sur 4 artistes sur scène, Les Fils du Facteur se targuant aussi d’Antoine Passard à la percussion et d’Olivier Raffin à la basse.

C’est dire si nous ne sommes pas au bout de nos surprises.

 

Détails & Infos :

Les Fils du Facteur Official Website

Les Fils du Facteur Official Fan Page 

 

 

 

 

 

©Aline Rose & Fabrice Huguelet