La vieille ville de Bienne, le matin, c’est un peu comme le décor d’un film. On a l’impression que des choses complètement surréalistes peuvent jaillir à chaque coin de rue.

Par un de ces moments là, quelquefois on a des priorités pour la journée. Comme celle de trouver un petit truc à grignoter au boulot. Prétexte idéal pour ouvrir la porte de l’épicerie fine et moderne Batavia, nichée ruelle de l’église 1.

Par beau temps on est éclaboussé de soleil pour être ensuite accueilli par les deux ultra-sympathiques personnes qui gèrent la boutique: Cyndie et Raphaël.

la déco est douce, épurée, de bois clair, se prêtant à la flânerie, avec l’irrésistible envie de prendre le temps. Il y a des arômes à faire crépiter les papilles, un peu comme dans une cuisine car on sait que des plats ou des gâteaux mijotent bien souvent.

Des gens arrivent et se retrouvent comme nous, sous le charme, on se sent proches et on parle de la vie et de la menthe et d’autres recettes épiques.

Derrière tout cela, il y a une histoire de belles rencontres avec des producteurs pétris de passion. L’envie de partager ces découvertes et de permettre l’accessibilité aux bonnes choses directement à Bienne commençait de germer. C’est en rencontrant le lieu que l’évidence s’invita finalement. De quoi provoquer l’infusion joyeuse de leur épicerie vivante.

Un endroit qu’ils affectionnent tout particulièrement, c’est le lift, qui date de l’époque où c’était encore le magasin de la chapelière. “Sa boutique avait pignon sur rue et à l’étage se trouvaient les ateliers. Le lift faisait voyager les chapeaux d’un étage à l’autre…aujourd’hui il n’est plus en fonction mais on y présente nos nouvelles découvertes de la semaine” explique Cyndie.

Batavia, c’est l’ancien nom de Jakarta, capitale d’Indonésie, royaume des épices. Aussi le nom d’une laitue, pour les incultes de la salade. Dans le choix du nom “il y a un peu de tout ça” mais pas que.

” C’est surtout une proposition, une invitation à découvrir… comme dans le poème de Baudelaire, où il propose Batavia comme destination exotique à son âme en peine” raconte la jeune femme.

Ici on peut directement déguster divers plats, il y a quelques places assises. Ou alors pourquoi ne pas leur demander un panier pique-nique, tant qu’à faire, et honorer le tout dans un coin tout nature comme on aime.

En attendant, voilà mon sandwich, celui “qui permet de rassembler une ribambelle de nos coups de coeur en un seul en-cas!”. Je le mange des yeux tandis que l’on m’explique les produits régionaux utilisés, d’où ils viennent et pourquoi ce choix.

Lorsque l’on se dit clairement qu’ici on peut trouver de quoi vivre heureux, longtemps et en bonne santé, ils soulignent que ” disons, on peut y trouver des indices.”

Crédits Photos ©Anja Fonseka / ©myurbanplanet.ch

Détails & Infos :

Batavia official webiste

 

 

 

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail