Du bonheur dans ton salon, au cœur de ton environnement immédiat, voilà de quoi te garantir assurément le bien-être. Depuis l’intérieur qui nous correspond, on rayonne,  à ce qu’on dit.

Il y a de ces meubles qui nous inspirent de la joie, juste à les regarder, de ceux dont les tiroirs révèlent des ananas, dont la couleur régale nos yeux, où les portes nous parlent d’une balade inédite dans la jungle.

Poésie, humour et talent, on est conquis par les objets uniques qui se trouvent dans cette maison complètement inspirante à Colombier dans le canton de Neuchâtel. La tendance y est assurément vintage mais pas que. Il y a aussi de subtiles touches contemporaines.

Elle respire au rythme des découvertes et des relookages de meubles cette maison. Les commodes, chaises, cadres et autres trouvailles y viennent, y dansent et repartent sublimés.

Ils ont été soigneusement choisis par Elodie Raneri, le long de ses pérégrinations dans le monde de la “chine”.

La jeune chercheuse en mobiliers revisite la déco de manière innée: c’est un détail ultra charmant, un truc bien là depuis d’avant notre naissance et qui a des histoires à raconter, une invitation à l’authenticité.

Elle a joué le jeu des questions pour myurbanplanet.ch, nous en sommes plus que ravis!

Chère Elodie, STP donne nous ou invente nous le jour que tu préfères? Explique un peu.

Elodie : C’est tellement plus facile de dire le jour que je n’aime pas !! Par élimination je dirai le vendredi … on sent la fin de la semaine, les gens sont plus décontractés, on prépare les apéros pour la fin de la journée, on invite souvent du monde à la maison et il fait rarement moche les vendredis, t’as aussi remarqué ?

Depuis quand cela t’a pris cette pure addiction pour le vintage et les meubles à relooker?

Elodie : En fait, ce n’est pas une passion qui m’a prise du jour au lendemain. J’ai depuis toute petite été baignée dans ce monde du chinage. Les premières brocantes que j’ai faites étaient dans la poussette, nous attendions sagement mes sœurs et moi pendant que nos parents chinaient l’objet antique, la babiole en porcelaine, le cadre ancien qui feraient partie de notre foyer exclusivement ancien. De ce fait, j’ai hérité de cette passion, elle est en moi. Aujourd’hui j’ai plaisir à relooker les meubles tout en gardant leur histoire mais aussi à juste les dépoussiérer et les mettre en scène afin de leur donner deuxième vie.

Aurais-tu dans l’un de tes plus jolis tiroirs une belle anecdote à partager ? Une rencontre inédite en brocante? Ton coup de coeur avec un meuble? La transformation où tu t’es toi-même épatée?

Elodie : Il y’en a plusieurs… je rentre parfois dans l’intimité des gens lorsque j’ouvre des tiroirs. Je tombe parfois sur des anciens livres dédicacés avec l’ancienne écriture, des lettres, photos. Une carte postale m’a tout particulièrement marquée puisque celle-ci représente une femme en robe de soirée datant de 1939 étant signée par “Lolette” le petit nom que mon papa me donnait étant enfant. Je l’ai bien sûr gardée… J’ai également chiné l’une des plus mémorable pièce cette année dans le fond d’une armoire: un bébé chat, abandonné par sa mère. Aujourd’hui il fait partie de la famille il a 4 mois et s’appelle Bob, Bobby pour les intimes.

On est où là? On entend quoi?

Elodie : Ben là on est dans notre maison. Une maison sur 3 étages qui est devenue le showroom de J’aime pas les dimanches. C’est une construction cubique où le mélange de nos meubles vintage et quelques pièces design donnent un contraste décalé. Du coup, la déco change régulièrement, j’aime ce qui n’est pas figé. Les gens disent souvent : ici c’est l’auberge espagnole! Y’a toujours du monde… le postier à la retraite qui vient faire un coucou, une tata qui est en manque de bisous, un pote qui vient boire son thé pomme cannelle, un couple qui vient chercher leur banquette vintage.. Et en plus de tout cela tu peux entendre nos 3 enfants rirent et s’amuser ou la musique que l’on écoute est un mélange d’Edith Piaf, des tubes des années 90 et des hits bien actuels qui te sortent malheureusement plus de la tête un fois écoutés! Viens y faire un tour… mon chéri adore service son p’tit espresso .

Le moment le meilleur pour toi: chiner ou transformer?

Elodie : Sans aucune hésitation : CHINER !

C’est une sensation extraordinaire d’aller dans des endroits plutôt sombres où les objets sont entassés et d’y trouver une déco ou un meuble sans vie qui va finir dans mes mains! J’ai souvent direct l’idée de ce que je veux apporter au meuble en le regardant. Le réaliser demande du temps et de la patience. Mais quelle satisfaction de voir l’objet terminé!

Qu’est ce que tu peux pas encadrer?

Elodie : Je ne supporte pas les meubles de la grande distribution qui s’inspirent du design retro… même si parfois c’est bien fait, l’âme du vrai meuble vintage ne peut être remplacée.

Pourrais tu piocher une image sur ton mur et la partager en nous racontant un chouïa pourquoi qu’est-ce?

Elodie : La voici! J’aime tout particulièrement ce mur car 2 tableaux ont été chinés par mes parents il y a plus de 40 ans et sont gravés dans mes souvenirs d’enfance. Je suis heureuse de les avoir récupérer et de les mettre en valeur aujourd’hui avec d’autres décos plus personnelles. C’est un héritage qui a une valeur inestimable…

Chez toi, il y a certainement ce meuble que tu adores, lequel est-ce?

Elodie : Oui, c’est une commode en marbre des années 30. Anciennement celle-ci était utilisée pour la toilette des femmes. Elle a eu je pense durant toutes ces années entre 4 et 5 couches de peinture différentes. Elle a servi de déco dans la chambre de ma grande fille, de table à langer pour mes jumeaux et actuellement les enfants y rangent leurs jouets, bref impossible de m’en séparer, j’y suis très attachée. D’ailleurs petite j’en avais également une du même design dans ma chambre et je pense que ça me rassure d’avoir cette pièce de la même époque.

Que pourrait-on souhaiter à JPLD? Liste non exhaustive, mots clefs, idées en vrac, on est prêt à tout entendre !

Elodie : De transmettre ma passion à la génération suivante !

OUI. On aimerait tous être Bobby.

L’heureux chat.

Détails & Infos :

j’aime pas les dimanches official website

j’aime pas les dimanches facebook official

 

 

 

 

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail