C’est entre sa peau ses poils et son encre qu’elle se retrouve nue Mathilde Von Vilaine, car oui, nous avons eu l’indélicatesse de lui poser cette question.

Du coup, il allait de soit que l’encre que nous cherchions se trouvait chez elle, dans son atelier, entre ses deux chats !!!

Il était donc assez normal de trouver du “sur-mesure” chez cette artiste biennoise d’adoption ayant fait des études de graphisme à la Chaux-de-Fonds (Neuchâtel), surtout si celle-ci tatoue en handpoke depuis maintenant quelques années.

Le handpoke est une technique de tatouage réalisé sans machine électrique, mais à l’aide d’une simple aiguille trempée dans de l’encre: un vrai retour aux sources.

 

Mathilde dit également beaucoup apprécier travailler avec l’illustration typographique, des animaux, des formes géométriques ou encore des plantes.

Nous avons également pu constater que tu admirais l’urban typographie et plus particulièrement les chiffres, pourrais-tu donc nous dire sur lequel rêverais-tu de tomber ?

MathildeAdmirer je ne sais pas, mais pour moi c’est très attirant. Chaque lettre, chaque nombre a été précisément choisi mais on oublie de s’y attarder au quotidien. J’aimerais tomber sur un 92, mon année de naissance. Ou alors un 33, parce que c’est un beau nombre.

Et quel traitement lui réserverais-tu ?

Mathilde : Je le prendrai en photo et le posterai sur Instagram, c’est là où je partage la plupart de mes photos quotidiennes. On peut y voir aussi les flashs que je propose et les tatouages que j’ai réalisé.

Attendez-vous donc à vous retrouver face à quelqu’un avec qui vous aurez un vrai échange personnel, car pour la jeune fille, tatouer c’est rentrer dans la sphère privée de la personne avec laquelle on se trouve :

On t’offre une place sur la peau pour y mettre ce que tu as créé. En échange, je n’ai que l’intimité de mon appartement à partager. Et aussi, quand même, une tasse de thé.”

 

Mathilde a toujours aimé le tatouage et son histoire, c’est donc assez naturellement qu’elle commencera à tatouer à l’aiguille lors de ses études à l’école d’arts appliqués.

Du papier à la peau, la jeune femme finira par acheter du matériel professionnel et fera de son entourage ses premières pages.

La jeune fille aime la géométrie et l’absence de précision la dérange, alors c’est avec l’illustrations sur ordinateur que Mathilde trouve aujourd’hui son compte, “pour ses lignes nettes et épaisses”.

De quoi vous donner envie de vous faire encrer.

Détails & Infos :

Mathilde Von Vilaine Instagram

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail