Ce weekend se tenait la 25ème édition du Bad Bonn Kilbi à Düdingen dans le canton de Fribourg ( Suisse ). Une météo bienveillante, des sons captivants, un public conquis, le festival a tenu toutes ses promesses et mis une nouvelle fois l’accent sur des découvertes frissonnantes.

Devenu le rendez-vous incontournable et tant attendu des amoureux de musique de genres d’avant-garde, il a annoncé “complet” en seulement 2 jours à l’ouverture de la billetterie. Daniel Fontana, le programmateur et un des fondateurs, a expliqué qu’il choisissait sa programmation avec ses tripes. Ça se sent ! “Chaque musique peut plaire, j’aime bien quand elle plaît mais pas à tout le monde” soulignait-il.

Copeaux de bois, quelques ginguettes, de la bière qui coule à flots et autres mets, une araignée comme trône central, des gens cool, une ambiance bon enfant qui donne l’impression que tout le monde se connaît, pas de doute : on est bien au Kilbi.

L’organisation du festival qui ne souhaite pas s’agrandir selon les dires de Daniel est parfaitement rodée. Pas de temps d’attente, un accueil chaleureux et des bénévoles souriants : c’est un sans-faute.

La programmation de ce festival est son graal. N’hésitez pas à la consulter elle est encore en ligne que de découvertes bluffantes. Les festivités ont commencé sous un grand soleil le jeudi avec notamment le talentueux  Nils Frahm. En ce moment, on le voit partout. Quel plaisir ! “Sa musique parle d’elle-même. Un piano créatif, classique sans être réactionnaire, se fond dans une expérimentation qui ne renonce ni aux gadgets électroniques, ni aux échantillonneurs, ni au Fender Rhodes” (Bad Bonn Kilbi). Le résultat est phénoménal et frissonnant.

Un de nos coups de cœur du samedi est ce groupe ukrainien  DakhaBrakha qui a mis la patate au début de la nuit. Déjà au soundcheck on se demande d’où viennent ces rythmes mêlés de chants traditionnels. Comment sera ce concert ? Nous ne sommes pas déçu. Dès les premières notes le public est attentif puis vient le moment où leur corps se déhanche pour finir par un parterre conquis qui en redemande et redemande… Un groupe qui définit son propre son comme ethnochaos, on ne peut que l’aimer. Les membres de Dakhabrakha, qui en ukrainien signifie prendre et donner, sont originaires de Kiev et nous régalent d’une world music combinée à des éléments plus pop.

Selda feat. Boom Pam

À aujourd’hui 67 ans, la chanteuse est aussi reconnue comme une pionnière sur le plan purement musical: inspirée à la fois par le rock et la musique traditionnelle folklorique, elle a débuté sa carrière avec du rock psychédélique typique des années 70.

Mac DeMarco est une personnalité venue tout droit du Canada qui avec son originalité offre un concert aux sons rock avec une touche pop.

Nous avions également envie de saluer les performances de Duck Duck Grey Duck, Schnellertollermeier et None of Them ! Trois groupes suisses qui comme à leurs habitudes font l’unanimité.

Nous en avons également profité pour recueillir quelques impressions des personnes présentes durant le festival ! Voici ci-dessous un petit choix des discussions que nous avons pu avoir…

Et on commence par les bénévoles car sans eux pas de festival !

Alicia et Mélanie dit Méli de la région de Fribourg ont commencé comme bénévoles il y a 2 ans mais avant elles étaient déjà festivalières. Pour elles c’est un bon moyen de s’imprégner totalement de l’univers si spécial du Kilbi et aussi de répéter leur suisse allemand. Pas de röstigraben au Kilbi !

C’est tout sourire qu’elles accueillent le public et elles précisent que l’ambiance est bonne, que du plaisir. Le meilleur après le labeur faire la fête avec l’équipe. Elles continueront c’est certain !

Alexandre

est en train de faire un tour du monde en voilier. C’est un habitué et pour lui ce festival est une bonne occasion de revoir les copains. Il a fait une pause dans son voyage et heureux de pouvoir venir au Kilbi. Comme il est arrivé il y a peu, plus de billet. Il a donc décidé pour une première fois d’être bénévole. Il apprécie le contact, la musique et le côté cool du festival.

Discrets, trois bénévoles œuvrent à l’entrée. Ils regardent si vous avez bien votre ticket et pas de bouteille dans votre sac. Dans le calme et avec le sourire, ils accueillent le public. Ce sont des habitués et des personnes du coin. Ils communiquent facilement dans les deux langues. Ils aiment venir au Kilbi et cela depuis une dizaine d’années. À l’approche de la trentaine et avec de nouveaux projets en tête ce sera peut-être pour l’un d’eux la dernière édition. Des événements heureux, ils en ont plein la tête et surtout de bons décibels… et ils aiment la bière.

Vanessa, journaliste à La Télé

C’est une première pour elle ce festival. Elle vient de terminer ses études et a commencé il y a un mois à la Télé. Elle est là pour des interviews en ce jeudi d’ouverture du festival. Le sourire aux lèvres, elle arpente le terrain avec enthousiasme et dit “je reviendrai”.

Noémie Saga “I love Kilbi”

Une habituée des rendez-vous musicaux et culturels !

“C’est un plaisir de venir au Bad Bonn Kilbi pour sa programmation toujours aussi riche et pointue. Un cadre champêtre reposant après avoir eu toutes ces décibels!” précise Noémie.

Après 3 jours de festival, elle nous a livré ses coups de cœur. Une excellente découverte avec le groupe suisse Schnellertollermeier puis son rendez-vous avec Nils Frahm a été un régal avant de danser jusqu’au bout de la nuit avec Optimo. None of Them quelle belle pêche ces suisses, dommage de le programmer si tôt. Bo Ningen est à voir une fois dans sa vie, un show déjanté et inclassable “made in Japan”. Une nouvelle fois beaucoup de danse avec Selda feat. Boom Pam et une émotion de voir le public danser le sourire aux lèvres. Une fin de vendredi avec Baths, du bon électro qui lui parle.

Edmond et son associé

Il vient là pour son souper d’entreprise. Et oui, comme quoi il y a de tout au Kilbi même des entrepreneurs qui organisent leur sortie de personnel. Ca fait quelques années qu’il vient et à chaque fois il prend les billets sans regarder la programmation. Tout est découverte pour lui mais à chaque fois sur 20 concerts qu’il écoute une dizaine lui ont beaucoup plu. BRAVO Daniel !

Thomas

Ce zurichois au beau chapeau melon ne souhaite que montrer ses pieds. Accompagné d’un ami bernois, aussi un habitué. Le Kilbi, un de ces événements à ne pas manquer selon lui. La musique est une passion, il parcourt les pays pour y découvrir leur festival, notamment sur le continent américain. Il apprécie le Kilbi pour sa musique mais aussi pour son côté bon enfant où tu peux discuter avec tout le monde et faire la fête tranquille.

Laura

Elle est de Fribourg et vient avec ses amis depuis de nombreuses années. Une bonne occasion d’être ensemble et de faire des découvertes musicales. Bad Bonn Kilbi c’est the festival ! Aujourd’hui ensemble ils fêtent une bonne nouvelle, Laura ouvre un SPA à Fribourg et a reçu les autorisations. Bonne continuation !

Tom

La musique c’est toute sa vie et le Kilbi… il l’adore car sa programmation est riche. Si on lui demande ses coups de cœur il répond en rien un de temps Nils Frahm, Bo Ningen et Zebra Katz. Il est venu avec toute l’équipe de l’Amalgame pour 3 jours de festivités.

Edmond Jefferson & Sons

Il est bientôt l’heure de quitter le site et là on retrouve au bar ce groupe de Bienne qui rencontre de plus en plus de succès lors de ses concerts. Il est venu faire la fête et surtout dire “ON VEUT JOUER AU KILBI”. Bonne chance et à bon entendeur pour Daniel.

 

Détails & Infos :

Bad Bonn Kilbi official website

Bad Bonn Kilbi rime avec Daniel Fontana !

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail